9 novembre : pour une investiture populaire

NOUS SOMMES POUR,
Depuis le 8 novembre on peut tous signer

   « Oui, je suis prêt : je propose ma candidature ». C’est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa décision concernant l’élection présidentielle de 2022 au journal télévisé de 20h de TF1, ce dimanche 8 novembre 2020.

    Une investiture populaire
Il a immédiatement assorti cette proposition de candidature d’une « condition » : celle de réunir une « investiture populaire ». Il s’agit, comme il l’a expliqué, de recueillir 150 000 parrainages citoyens. Le Président du groupe parlementaire La France Insoumise avait récemment déposé une proposition de loi à l’Assemblée nationale pour ouvrir à 150 000 personnes inscrites sur les listes électorales la possibilité de sélectionner les candidats à l’élection présidentielle, un droit réservé pour l’instant à 500 élus.
Une proposition que Jean-Luc Mélenchon a donc décidé de s’appliquer à lui même. Un site internet, « noussommespour.fr » a été ouvert pour permettre cette collecte de signatures. Sur TF1, l’insoumis a appelé ses soutiens à s’y rendre pour remplir le formulaire de parrainage.

    Un programme de gouvernement
L’autre atout sur lequel Jean-Luc Mélenchon dit vouloir s’appuyer, c’est son programme. Une nouvelle version de l’Avenir en Commun a été mise en ligne sur le site « noussommespour.fr». Elle est ouverte aux contributions individuelles. Il est vrai que ce document avait déjà réuni 7 millions de voix dans la précédente élection présidentielle de 2017.
Depuis, il a aussi été le fil conducteur pour les 17 députés insoumis à l’Assemblée nationale et les 6 députés européens. Au cours de l’actuel quinquennat, l’Avenir en Commun a été décliné en 80 propositions de loi, 4 contre-budgets et plusieurs milliers d’amendements. De quoi conforter son statut de solide programme de gouvernement.

    Se projeter sur l’avenir
Le leader insoumis a clairement donné un ton d’optimisme à sa campagne qui débute. S’il est apparu très conscient des graves problèmes traversés par le pays, comme l’épidémie de coronavirus, il a aussi déclaré vouloir aider les Français à « se projeter sur l’avenir ». Pas question de peindre noir sur noir, Jean-Luc Mélenchon veut « déconfiner les esprits » et montrer « qu’il peut y avoir un bout au tunnel en vue », à l’aide de ses propositions phares comme la 6ème République ou la planification écologique. Lui qui, selon les sondages, est le mieux placé pour perturber le duo Macron/Le Pen a fustigé les deux comme des « variantes d’une vision autoritaires de l’Etat et de la société ».