Durant la canicule, les insoumis restent plus que jamais en éveil…

Isabelle EYMES annonce qu’elle rejoint “Génération Écologie”, le parti fondé par Brice LALONDE dans les années 1980 ; nous en prenons acte.
Ce qui est troublant, c’est qu’après avoir défendu les positions de la FI comme candidate, elle dénonce la FI comme un parti productiviste, nous mettant sur un pied d’égalité avec les libéraux. Voilà ce qu’elle écrit : « Tous ne pensent leur projet de société qu’à travers la croissance économique, même s’ils la veulent « vertueuse » comme la FI. Mais cela n’est pas possible, vertueuse ou pas, cette croissance nous tue ».
Pour simplifier, Isabelle prône la décroissance, cette dernière est-elle inscrite dans le programme du parti auquel elle adhère aujourd’hui ?
La décroissance apporte-t-elle une solution aux plus démunis, et le développement économique proposé par la FI ne ressemble-t-il pas à un aboutissement décroisant si on le lit clairement :
Nous étions les seuls à vouloir inscrire la règle verte dans la constitution.
Voila ce que dit le programme l’Avenir en Commun et qu’Isabelle a défendu : « Constitutionnaliser la règle verte : ne pas prélever sur la nature davantage que ce qu’elle peut reconstituer, ni produire plus que ce qu’elle peut supporter ».
Voila ce que nous écrivons dans le cahier thématique consacré à la transition : « Cette bifurcation écologique ne peut se concevoir sans repenser le calcul de la richesse et sa répartition. Le PIB ne mesure pas le niveau de bien-être, ni ne rend compte des services rendus par les activités sociales ou culturelles, ni ne comptabilise le coût des dégâts écologiques, tandis qu’il intègre leur réparation. La règle verte nécessite de nouveaux indicateurs de progrès humain ».

A l’automne, les insoumis vont se lancer dans la bataille des élections municipales, ils soutiendront toutes les listes allant dans le sens d’une rupture avec les politiques menées ; il est temps de faire entrer des citoyens dans les conseils municipaux pour y faire entendre la voix de l’intérêt général.
Sortir des délégations de service publique a un intérêt économique et écologique. Inverser les tarifs de l’eau pour donner les premiers m3 gratuits et taxer les gros consommateurs est économique et écologique. Sans attendre, les insoumis sont engagés dans la bataille pour le RIP sur ADP. Etc, etc.
Avec de nombreux citoyens et d’autres forces politiques, à Cahors, Figeac ou Souillac, à Biars ou Bétaille, c’est ensemble, dans la diversité que nous gagnerons. Car à la fin, nous gagnerons !

insoumis du LOT