Projet appel BD du 19 juillet 2020.

PROPOSITION DE PARTICIPATION A UN PROJET ARTISTIQUE EN LIEN AVEC NOTRE MOUVEMENT

Depuis quelques temps un projet s’est imposé à moi pour “vulgariser” les idées, le programme de la France insoumise.

    Nous sommes nombreux à nous questionner sur les méthodes, la manière de militer autrement afin de franchir le sempiternel sentiment de l’entre soi. C’est à dire, comment faire sortir nos convictions du cercle plus ou moins restreint des insoumis vers un plus large auditoire, vers les citoyennes, citoyens touchées.és par la précarité, malmenées.és par les politiques libérales et néolibérales aggravées depuis l’arrivée de la macronie.

    Un grand nombre de nos compatriotes ne veulent plus de la politique menée depuis ces trente dernières années. Ils en souffrent mais ne franchissent pas le seuil de l’engagement pour toutes sortes de raisons et ne se rendent plus aux urnes peut être par désespoir mais peut-être également par méconnaissance de notre programme auquel les médias n’accordent aucun éclairage. Bien au contraire elles le nient. Combien de fois avons-nous entendu que la France insoumise se tenait dans la posture critique mais n’avait aucune propositions ?

    Déjà plusieurs Bandes dessinées parlant de la Fi ont été éditées et ont plus ou moins contribué à distiller nos propositions. A tout le moins à faire parler de la Fi.

    Bien que graphiste de longue date, la bande dessinée n’est pas mon domaine professionnel mais chez les insoumis j’ai appris qu’on pouvait prendre des initiatives quand on avait déjà l’envie de faire concrètement des choses sans être une ou un “professionnel”.
Pourquoi, alors, ne pas expliquer chercher à vulgariser l’Avenir en Commun par le biais d’une BD.
Je sais qu’elle touche un public des plus vaste et des plus éclectique. Socio-professionnellement et de manière inter-générationel également. Et surtout, le neuvième Art (la BD), peut capter un public de “non lecteur” qui pourrait être rebuté a priori par les ouvrages politiques chargés d’une réputation de rébarbatif.

    Nous avons commencé à bâtir à deux ce projet mais le collègue ne peut continuer ce boulot pour diverses raisons personnelles compréhensibles. Ce travail en commun nous a permis de démarrer le projet, de le concrétiser. J’en profite pour remercier ici Philippe.

    Il existe déjà plus ou moins une quinzaine de planches inclus deux pages d’intro (révisables, bien sûr).

    Je lance donc ici un appel à bonnes volontés pour qui voudrait entrer dans l’aventure, toutefois sans grand risque sinon de donner de son temps bénévolement. Mais nous avons l’habitude, nous ne militons pas par intérêt.

    Un album classique commercialisé comporte, en moyenne, 64 pages. C’est le standard le plus répandu.
Ici nous ne sommes bien évidemment pas dans ce cadre et si en une quarantaine voir une cinquantaine de pages si nous sommes inspirés sans être prolixes, nous aurions, à mon sens, atteint l’objectif visé.

    Le profil recherché n’est donc pas, à proprement parlé, celui d’un scénariste chevronné mais plutôt :

    – Etre à même de sortir quelques points du programme paraissant importants pour nous et intéressant d’être mis en avant parmi l’ensemble. Nous n’allons pas ré écrire l’Avenir en Commun au complet en bande dessiné. L’AEC viens, d’ailleurs, d’être remis à jour comme vous le savez.
    – En faire la mise en dialogue (nous sommes dans une BD) sans exclure quelques pages de pur texte sur des points plus complexes à traduire en BD ou parce qu’ils nous paraitraient pertinent à développer. Pour ça j’ai gardé en référence le “Lady Polaris” de Mézière & Christin édité en 87 aux éditions autrement. J’avais déjà, à l’époque, trouvé remarquable cet ouvrage atypique mélangeant les genres bien qu’hors du champs politique.
    – Adhérer, bien sûr, à l’idée générale et au “style”, si s’en est un, que j’ai commencé à donner à l’ouvrage…

    La tâche est de taille et nous avons relativement peu de temps. Comme on nous en rebat les oreilles dans les merdias il reste 600 jours à pépère et sa clique pour tout démolir. Il nous reste donc moins que ça pour informer et redonner espoir d’une vie meilleure.

    Si vous êtes intéressé contactez l’adresse Fi :

                                                                                                  contact@fi46.fr

                                                                                                                                                                                                                                                                                                   WlaD…